Fil RSS
FR / EN

NOUS SOMMES À L’ÉCOUTE, NOUS EN PARLONS : langue

DE L'IMPORTANCE DU BON MOT POUR ÊTRE BIEN COMPRIS

MERCREDI LE 14 OCTOBRE 2015

À la lecture d'un article fort intéressant sur "Les pléonasmes les plus en vogue dans la presse" écrit sur le blogue du réputé journal Le Monde, le 13 octobre dernier, je profite de l'occasion pour partager une note écrite par Pierre Béland  soulignant la sur utilisation du mot "important".

Bonne lecture.

PEU IMPORTE, TOUT EST IMPORTANT

Nos journalistes, hommes publics et interviewés de tout acabit utilisent aujourd’hui à outrance l’adjectif “important”. Comme s’il n’y en avait pas d’autre dans notre langue. Lisez un article de journal, écoutez un reportage à la télé ou à la radio et vous verrez presque immanquablement apparaître ce mot. Cet envahissement relativement récent est une autre manifestation de trois tares qui grèvent la langue québécoise : pauvreté du vocabulaire, mimétisme et gravité (dans le sens de force centripète). Je m’explique.

Je ne suis pas le premier à observer la pauvreté ahurissante du vocabulaire de la langue québécoise. Elle se manifeste de diverses façons. Par exemple, le locuteur utilisera des mots anglais parce qu’il ne trouve pas ou ne connaît pas l’équivalent français. Il utilisera à toutes les sauces les mêmes mots : verbes (faire), noms (chose, machin), adjectifs (incontournable, important) ou expressions (grosse pointure) qui deviennent des passe-partout commodes.  Une conséquence de cette utilisation à outrance est que le mot ainsi galvaudé se trouve peu à peu vidé de son sens et devient un voile qui sert à cacher l’ignorance. Ainsi, dans la plupart de ses utilisations actuelles, le mot « important » peut en fait être interprété comme signifiant que celui qui l’utilise n’a pas vraiment une idée claire de l’ « importance » réelle du substantif ainsi qualifié.

Le mimétisme est cette tendance à adopter un mot ou une expression pour faire et dire comme tout le monde. Ce mot, cette expression se répandent donc comme des virus pour remplir les vides d’une langue appauvrie, laquelle exprime peut-être un dénuement de l’esprit. « Important » est l’un des virus du jour. Il y en a et il y en a eu d’autres. Rappelez-vous de « c’est pas un cadeau ». Aujourd’hui presque plus personne n’utilise cette expression qui faisait rage il y a une trentaine d’années. Comme un virus, elle a fait son temps, a muté et a été remplacée par d’autres. Un virus actuel encore très actif est l’expression « au niveau de ». Nul besoin de chercher pour la trouver. Elle foisonne. L’un dira «  Au niveau des rendements, nous avons progressé». L’autre dira « Au niveau des ventes, êtes-vous satisfaits ? »

La gravité est cette force centripète qui ramène les gens vers eux-mêmes. Pour utiliser un autre virus actuel, disons qu’elle est « incontournable ». Nous avons tendance à faire et dire les choses dans un but de rapprochement et pour faire en sorte de resserrer les liens qui unissent les membres de la tribu. On parle comme tout le monde pour affirmer son identité. Ainsi le politicien (ou autre «grosse pointure »), sachant que le peuple auquel il s’adresse a peu de vocabulaire, évitera d’utiliser des mots compliqués ou inusités – même s’il les possède -  pour ne pas être perçu comme un étranger. Rappelons-nous que durant la plus récente campagne électorale, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, se plaignait de ne pas comprendre la langue de la candidate du PQ dans Trois-Rivières, Mme Djemila Benhabib. Le problème résidait dans le fait que cette femme parlait un français trop impeccable pour être comme M. Tremblay un authentique membre de la tribu. Je le cite : « Si vous voulez faire partie de notre société, apprenez notre langue ! ».

Le citoyen moyen – et même quelqu’un de la haute – adoptera, la plupart du temps à son insu, la dernière expression à la mode. À titre d’exemple, je vous offre un mot particulièrement horripilant et devenu un universel québécois : " garde" (élision probable de « regarde »). Il est partout dans toutes les bouches, de toutes les conversations, pour introduire une idée, un concept, une répartie, laquelle n'a pas besoin d’être formulée puisque celui qui écoute comprend (ou doit faire semblant de comprendre) qu'il partage entièrement et acquiesce au sentiment ou à l'affirmation sous-entendue de son interlocuteur. Je connais des gens qui mettent un «garde» dans presque chacune de leurs phrases ! En définitive, en plus d'économiser les mots qui ne viennent pas par faiblesse du vocabulaire et/ou incapacité à exprimer ses idées, l'expression d'un  « garde » après chaque répartie a la fonction de renforcer les liens de reconnaissance entre membres de la tribu. Ainsi en est-il de « important ». Par ignorance, par paresse ou pour faire comme tout le monde, l’on met cet adjectif à toutes les sauces. Puisque nous avons ainsi réussi à le vider de son sens, souhaitons lui un repos bien mérité.

La liste de citations qui suit est tirée d’un survol très rapide de l’actualité en ciblant le mot « important ». Quiconque fera  le même exercice en trouvera à profusion. Au bas de la liste se trouve un choix non exhaustif de qualificatifs qui non seulement remplacent avantageusement le mot «important» mais ajoutent variété et précision au discours. Et pour terminer sur un autre virus de la langue : j’espère par cet article avoir envoyé un message clair !

L’impact semble avoir été important              La Presse 26/1/2013

Un nombre important de personnes              entendu à la radio

Une exposition sur les plus importantes civilisations           La Presse 26/1/2013

Une conduite importante d’eau           Patrice Roy, Montréal Ce soir, 28/1/2013, 18h11

Une importante quantité d’argent                  témoin entendu à la télé

Un glissement de terrain important                Patrice Roy, Montréal Ce Soir, 28/1/2013, 18h02

On déploie des ressources assez importantes       nouvelles, RC radio 31/1 8h03

Une importante fuite de pétrole         journaliste entendu à la télé

Des surplus importants d’électricité                          Gérald Filion, Radio-Canada, 1/2/2013

L’organisation a accusé l'importante déforestation (…)      La Presse 1/2/2013

Sa victoire contre Granollers est assurément la plus importante   Michel Marois, La Presse 2/2/13

Un réservoir renfermant d'importantes quantités d'hydrocarbures                        Pétrolia, cité par André Pratte, La Presse 3/2/2013

Est-ce qu’y a pas eu des abus assez importants ?  Michel C Auger, R-C, 12h18 5/2/2013

Après une crise sociale importante  Alain Dubuc, La Presse, 6/2/2013

Le manque d'eau a  entraîné d'importantes conséquences   La Presse canadienne (R-C) 6/2/2013

Un important massacre d’éléphants  Bruno Larose, Nouvelles RC 12h08 6/2/2013

Un nombre important de personnes âgées ne respectent pas les règles   Bruno Larose, Nouvelles RC 12h10  7/2/2013

… dans le plus importante municipalité du Québec  Kathleen Lévesque  La Presse 14/2/13

D’importantes allocations de déplacement   Vincent Larouche  La Presse 14/2/13

Le marché américain est beaucoup plus important que celui au nord André Pratte  La Presse 14/2/13

Pour réaliser d'importantes productions   Brigitte Thériault  La Presse 14/2/13

 

Et pour terminer, une citation qui les coiffe toutes en attribuant à l’adjectif « important » un sens des plus obscurs :

[Nous sommes] en période d’écoute importante Diane de Courcy, ex-ministre responsable de la Charte de la langue française, Le Devoir, 13 avril 2013

 

Pour ceux qui aiment les quizz, voici un choix non exhaustif de qualificatifs à utiliser pour remplacer «important» dans les exemples ci-dessus :

considérable, fort, gros, grand, notable, remarquable, grave, lourd, appuyé, vaste, majeur, souligné, bon, constant, puissant, à outrance, énorme, substantiel, notable, décisif, appréciable, ample, colossal, étendu, haut, large, long, spacieux, intense, profond, violent, grandiose, gigantesque, immense, démesuré, formidable, imposant, monumental, essentiel, marquant, marqué, frappant, marquant, mémorable, signalé, ample, épais, robuste, solide, vigoureux, ferme, poussé, exagéré, principal.

Pierre Béland, chercheur

Étiquettes: langue française important